Retour blog

LE DOGGY BAG EN RESTAURATION

par d.hans Catégorie : Actualités 28-06-2016

Le doggy bag en restauration

Depuis le 1er janvier, le doggy bag est obligatoire dans certains établissements. Les restaurateurs sont dorénavant tenus d’offrir à leurs clients des sacs spécifiques pour emporter leurs restes alimentaires. À l’heure où les campagnes d’austérité et de lutte contre le gaspillage se multiplient, cette nouvelle réglementation arrive à point nommé.

Comment ça marche ?

Le doggy bag, « sac à chien » en anglais, est un emballage destiné à emporter vos restes non consommés au restaurant pour les servir à votre chien. Bien entendu, vous pouvez les consommer vous-même, à condition de respecter certaines règles d’hygiène élémentaires. Déjà fort répandue dans les pays asiatiques et anglo-saxons, cette pratique va se généraliser en France.

La loi sur les biodéchets de 2011 est entrée en vigueur début 2016. Si elle concernait au départ les plus gros producteurs de déchets, elle s’applique désormais aux entreprises générant plus de 10 tonnes de détritus. Le doggy bag fait partie des mesures adoptées. Sont concernés les restaurants qui servent plus de 180 couverts quotidiennement. Les établissements n’ouvrant que le soir ou à midi échappent à cette mesure. En ce qui concerne les alcools, seul le vin est concerné puisque depuis le 14 juin 2013, une loi permet aux clients d’emporter une bouteille entamée. Cependant, elle doit être préalablement hermétiquement refermée.

Pourquoi adopter le doggy bag ?

Le doggy bag vise à réduire le gaspillage alimentaire de 50% d’ici 2025. Cette pratique a été adoptée dans le cadre de la préservation de l’environnement. Il faut savoir qu’un tiers de ce qui est produit fini dans les poubelles ! La seule façon de mettre fin au gaspillage des ressources est de revoir tout le système de production. Les grandes surfaces françaises produisent annuellement 750 000 tonnes de produits invendus. Sur le plan individuel, l’ADEME estime que la nourriture jetée s’élève à 20 kg par an et par personne, soit 1,320 million de tonnes au niveau national. Ce chiffre représente 400 euros par foyer. Bref, nous sommes tous concernés et nous avons tous intérêt à changer nos habitudes.

Quelle efficacité ?

Si le doggy bag est en principe intéressant et largement répandu dans d’autres pays, les Français ont du mal à prendre la bonne habitude. Selon le sociologue Claude Fishler, la taille des portions est en cause. Aux États-Unis, les plats sont plus conséquents et les clients ont une tendance naturelle à emporter leurs restes. De plus, les restes sont souvent associés à la notion de déchets et sont mal perçus par la société. Pour le dire autrement, les Français sont un peu snobs.

 

Pour favoriser cette pratique, il faut sensibiliser les serveurs et les restaurateurs. A eux de montrer que la nourriture a de la valeur et que cette mesure vise à préserver l’environnement. Pour la nutritionniste et diététicienne Ariane Grumbach, la première étape serait déjà de changer le nom de l’objet pour enjoliver la notion de « restes ».

CatégorieS Blog